Papotages avec Greenspits pour une escalade durable

Il y’a 1 an, nous vous disions que nous avions signé le pacte et adhéré à l’association Greenspits. Il y’a 1 an, cette initiative n’avait que quelques mois et elle a tout de suite plu aux grimpeurs-cueilleurs que nous sommes! 🙂 Même si nous n’avons pas encore pu aider concrètement l’association (à part avec nos dons et nos relais médias) ou participer à leurs évènements (différences de plannings ou éloignement géographique), nous échangeons régulièrement avec Carole Palmier, la présidente de l’association. Carole, elle est sage-femme, grimpeuse, elle a presque la même date de naissance que Mélanie ( :p ) et pour Greenspits, elle gère bénévolement le site internet, les réseaux sociaux, les articles et la coordination entre les membres actifs. Nous l’avons interrogée il y’a quelques mois pour vous en dévoiler un peu plus sur le projet Greenspits: elle nous délivre ses réponses avec Antonin Rhodes, équipeur passionné à l’origine de l’association…

GreenSpits_nouvelle_version2

Afin de pouvoir vous y retrouver parmi nos invités, les interviews suivent les mêmes voies: une 1ère partie escalade où les questions sont identiques pour chaque grimpeur, une 2e partie axée sur un de leur projet « alternatif », une 3e partie pour laisser place aux conseils et aux astuces. Bonnes découvertes!

GC- interview greenspits - Antonin Rhodes et Carole Palmier - Photo by Benoit Foujols
Antonin Rhodes et Carole Palmier – Photo by Benoit Foujols

Sommaire cliquable pour aller directement aux points qui vous intéressent!

Pourriez-vous vous décrire en 5 mots ?
Pourquoi l’escalade ? A quel âge avez-vous commencé ?
Aujourd’hui, quels sont vos « niveaux » et vos « profils » (falaise, bloc, salle…) ?
Et surtout, quelle est votre philosophie concernant l’escalade ?
Des falaises/blocs/voies à nous partager ?
Comment percevez-vous l’évolution (profil, mentalité, cotation, site….) de l’escalade depuis que vous grimpez ?
Qui se cache derrière Greenspits ?
Pourquoi Greenspits? Comment a débuté l’association et quelles idées fortes se dessinent derrière ?
L’association est toute jeune, comment percevez-vous pour l’instant, l’intérêt des grimpeurs pour ce projet ? Et celui des administrations « grimpe » ?
De grands noms de l’escalade vous rejoignent petit à petit… Le magazine « Grimper » vous a octroyé quelques pages dans un de ses derniers numéros…. C’est plutôt de bon augure, non?!
Comment a été rédigé le pacte du grimpeur responsable ?
Concrètement, quelles sont les actions qui ont vu le jour grâce à l’association ?
Vous êtes bénévoles, le travail des équipeurs en France est lui aussi majoritairement bénévole (et peu reconnu), comment fonctionne aujourd’hui l’association ? Avec quels moyens ?
Des conseils à nous dévoiler pour s’améliorer en tant que grimpeur ?
Des bonnes pratiques, autres que celles du pacte, à nous donner pour une attitude green et responsable ?
Beaucoup de grimpeurs sont intéressés par un mode de vie/alimentation plus sain(e). Vous sentez-vous concernés par ces notions ?
Et concernant le bien-être des grimpeurs, quels sont vos trucs et astuces pour vos bobos de grimpeurs, votre « santé » en général ?
Que souhaitez-vous ajouter comme message aux lecteurs de Gratteron et Chaussons?
Rappels…



Pourriez-vous vous décrire en 5 mots ?

Carole : positive, dans la lune, insatiable, paresseuse, généreuse.

GC - interview greenspits - carole_portrait_jannovakphotography
Portrait de Carole by Jan Novak Phoography

Tonio : passionné, épicurien, collectionneur, tête de cochon, polyvalent.

GC - interview greenspits - conférence greenspits (antonin rhodes et nicolas nastorg) pour les jeunes compétiteurs à st-léger-du-ventoux_jannovakphotography
Conférence greenspits (antonin rhodes et nicolas nastorg) pour les jeunes compétiteurs à St Léger du Ventoux – Photo by Jan Novak Photography

⇈ Sommaire ⇈


Pourquoi l’escalade ? A quel âge avez-vous commencé ?

J’ai commencé l’escalade à l’âge de 12 ans environ, en « Unss » au collège. Je pense être naturellement attirée par cette activité car avant de grimper sur un mur je grimpais dans les arbres en permanence.

Tonio a commencé à grimper à 17 ans, mais il faisait déjà de la montagne avec son père depuis tout petit. Il s’est investi dans cette activité pour le challenge que cela représentait pour lui. Le fait de ne pas y arriver au départ, puis de s’acharner et recommencer jusqu’à ce que cela fonctionne. Il se définit comme un laborieux, pour qui grimper n’a pas été si naturel mais plutôt un effort constant pour progresser et s’améliorer.

GC - interview greenspits - carole débute l'escalade © greenspits
Carole débute l’escalade 😉 © greenspits

À mon sens, l’escalade est un art de vivre et un sport addictif. Les grimpeurs placent souvent l’escalade en haut de l’échelle de leurs priorités. De plus, c’est une activité qui rassemble les pratiquants quel que soit leur niveau, dans une recherche et un ressenti communs : l’engagement, le dépassement de soi, la concentration, la peur, l’humilité, la gratitude… C’est un ensemble de sensations intenses qui nous donnent une force de vie et l’énergie pour nous épanouir. Grimper nous permet aussi de garder le lien avec la nature, nous connecter avec nos cinq sens aux éléments, et plus particulièrement au rocher. Il semble évident que les grimpeurs sont faits pour s’entendre, et pourtant nous évoluons le plus souvent en petits groupes isolés. Greenspits a le souhait de rassembler les grimpeurs pour créer une communauté plus unie et donc plus forte pour porter leurs valeurs.

GC - interview greenspits - ANtonin rhodes termine les gros dévers de pal tu puta madre 8b à Margalef, ©greenspits
Antonin dans « de pal tu puta madre » 8b – Margalef – Photo by greenspits

⇈ Sommaire ⇈


Aujourd’hui, quels sont vos « niveaux » et vos « profils » (falaise, bloc, salle…)?

Tonio se définit comme le profil « saucisson » … Il adore travailler des voies et peut passer pas mal de temps pendu dans le baudrier. Il faut préciser qu’il a déjà « ratissé » pas mal le sud de la France et qu’il lui reste plutôt des voies dures ou très dures. De mon point de vue, Tonio est en réalité un grimpeur très polyvalent. Lorsqu’on voyage pour découvrir de nouvelles falaises, c’est celui qui fait les plus beaux « à vue » ou « flash » et qui se met des bonnes doses de volume. Depuis quelques mois, son rythme est très classique : boulot du lundi au vendredi et grimpe en falaise le week-end. Du coup il se révèle « bloqueur de salle » certains soirs de semaine, et ça a l’air de lui plaire !

GC - interview greenspits - Antonin Rhodes © Benoit Foujols
Antonin Rhodes by Benoit Foujols

Me concernant, je crois également que je n’ai pas de style de prédilection et que j’aime me confronter à des profils variés. Il est difficile d’être toujours au top dans tous les styles, mais se confronter à ses points faibles et apprendre de nouvelles sensations en variant les profils est l’une de mes motivations en grimpe… l’escalade est un sport tellement riche ! Question niveau ça va ça vient, comme tous les grimpeurs nous avons des périodes « off » dues à nos boulots assez prenants, aux « rushs » Greenspits, ou malheureusement aux petits bobos. L’escalade est un très bon sport pour apprendre à gérer la frustration ! Durant nos périodes de forme, on a chacun fait 8c+ max, Tonio en a déjà quelques-uns à son actif…

La question du niveau max revient souvent mais cela reste subjectif. Il ne faut pas oublier que derrière une performance, il y a deux histoires : celle de la voie et celle du grimpeur. Quand on commence à avoir un peu d’expérience en tant que falaisiste, on sait bien que ce n’est pas que la cotation qui fait la qualité du grimpeur.

GC - interview greenspits - Carole - ©Benoit Foujols, Fontainebleau secteur 95.2
Carole n’est pas que falaisiste! – Fontainebleau secteur 95.2 – Photo by Benoit Foujols

⇈ Sommaire ⇈


Et surtout, quelle est votre philosophie concernant l’escalade ?

Ma philosophie concernant l’escalade serait : s’exprimer et se révéler grâce à l’engagement, rester humble grâce aux échecs, se gratifier grâce aux réussites. Un ensemble de valeurs utiles dans la vie en général.

Pure ! Face à l’esthétisme de certaines voies, nous ne pouvons que jouer avec élégance… Prenons conscience de la chance d’être grimpeurs et RESPECTONS notre terrain de jeu !❞ Carole Palmier

La philosophie de Tonio est de grimper pour l’émotion que lui procurent certaines lignes. La logique de l’itinéraire, la beauté des prises, les couleurs du rocher, le cadre, l’ambiance du jour… Je suis également d’accord avec lui là-dessus.

GC - interview greenspits - Tonio dans la proue de The Proueman show à la Carrière du Maupas . © Greenspits
Tonio dans la proue de « The Proueman show » – Carrière du Maupas – Photo by Greenspits

⇈ Sommaire ⇈


Des falaises/blocs/voies, que vous appréciez particulièrement, à nous partager ?

J’ai un coup de cœur pour la baume de La Ramirole dans le Verdon, c’est incontestablement l’une des plus belles falaises du monde. On ne peut être insensible à l’aura que dégage ce lieu et à son esthétisme. Il nous fait nous sentir juste humain, tout petit quoi… Cette falaise regorge de voies mythiques, je ne peux pas toutes les citer ! Dans d’autres spots, j’ai adoré La Rubia et Sex After Climb (Andalousie), Slice of Life (Carrière du Maupas)… Je citerai aussi Buoux, qui m’émerveille de plus en plus à chaque fois que j’y vais ; c’est pour moi l’une des falaises les plus esthétiques que je connaisse.

Je pourrais en rajouter à la liste : Les sites de blocs de Fontainebleau, Bishop, Les sites de couennes de Red River Gorge, Margalef…

GC - interview greenspits - Ravi au lit 7c+ à Buoux, équipeur JM Troussier © Péma Vives
Ravi au lit 7c+ – Buoux – équipeur JM Troussier – Photo by Péma Vives

Tonio pourrait faire une très longue liste de spots qu’il apprécie. Il a un faible pour le sud de la France. Pour citer quelques exemples : Le Verdon dans son intégralité, Saint Léger avec ses lignes mythiques comme Le Nabab, La Carrière du Maupas, Le Blavet … Les voies qui l’ont marqué ces dernières années sont les deux proues à la Carrière du Maupas Slice of Life et The Proueman Show, puis La Rubia en Andalousie. Son gros coup de cœur va à une voie qu’il a toujours en projet, la bien nommée Flûte en Chantier, équipée par ses soins à la Ramirole.

GC- interview greenspits - La Flûte en Chantier, 8c+ et projet mythique d’Antonin Rhodes - Photo by Aurélien Tixier.
La Flûte en Chantier, 8c+ et projet mythique d’Antonin Rhodes – Photo by Aurélien Tixier.

⇈ Sommaire ⇈


Comment percevez-vous l’évolution (profil, mentalité, cotation, site….) de l’escalade depuis que vous grimpez ?

Comme toute évolution, il y a du bon et du mauvais. Je pense que la fracture s’est faite à partir du moment où l’escalade est devenue un sport de compétition. Quand j’ai commencé, c’était déjà le cas depuis longtemps donc je n’ai pas vécu ce changement. J’ai grandi avec l’idée de performance et de cotation associées à l’escalade. Je prends de plus en plus de recul dans ma pratique et je recherche une envie simple de grimper. J’ai l’impression de progresser en permanence, de mieux grimper, même si je n’enchaine pas en permanence des voies de mon niveau max.

« Penser cotation met souvent beaucoup de barrières mentales. C’est fou de voir le nombre de grimpeurs qui sont prisonniers de leurs croyances. »

Certains médias jouent un rôle dans cette image erronée de l’escalade. On voit passer des news où l’on ne connaît à peine le nom de la voie, son histoire, si elle est naturelle ou 100% taillée, son équipeur et l’investissement du grimpeur pour y arriver… L’info unique qui ressort est: « untel » a fait « un » 9a, et c’est bien dommage ! Mis à part lors du record de vitesse aux JO, l’escalade ne sera jamais un sport « objectif ». C’est du cas par cas, et je crois qu’il faut raconter l’histoire qui se cache derrière chaque performance car c’est toute la richesse de notre sport, c’est ce qui le distingue des autres. Un autre point à prendre en considération dans l’évolution actuelle de l’escalade, c’est qu’il y a de plus en plus de grimpeurs et cela ne va pas s’arrêter là avec les J.O ! Cela peut apporter beaucoup de positif à l’activité si l’on tient compte de ses origines et de ses racines et que l’on ne crée pas un nouveau sport. Pour cela, les grimpeurs doivent être informés et sensibilisés à la culture de l’escalade, son histoire, ses règles, son évolution. On est souvent effarés par la non-culture des grimpeurs de salle, mais c’est à nous tous de travailler pour transmettre cela.

Pour finir sur une note positive, on peut dire qu’aujourd’hui l’ambiance est toujours bonne en falaise, que le choix des sites est plus varié, et que l’escalade est moins stéréotypée qu’avant !

GC - interview greenspits - carole_ramirole_la pas si sage femme 8c -Jan Novak photography
Carole dans « la pas si sage femme » 8c – La Ramirole – Photo by Jan Novak Photography

⇈ Sommaire ⇈


Qui se cache derrière Greenspits ?

Derrière Greenspits se cache un petit groupe de grimpeurs aux profils variés que ce soit en terme d’âge, de niveau et de mode de pratique. Nous sommes plus d’une dizaine de bénévoles à nous investir quotidiennement ou ponctuellement. Le point commun entre tous est notre passion profonde pour l’escalade.

GC- interview greenspits - Adhérents

⇈ Sommaire ⇈


Pourquoi Greenspits? Comment a débuté l’association et quelles idées fortes se dessinent derrière ?

Greenspits c’est les « spits verts » mais c’est aussi un jeu de mot avec Greenpeace… Changer un modèle en place passe forcément par de la radicalité ! Le côté Green montre que nous sommes tournés vers l’écologie : Greenspits est une association environnementale, investie pour un développement durable et un changement des mentalités afin de limiter notre impact.

❝C’est un fait : le travail d’équipement et rééquipement manque de reconnaissance. De nombreux équipeurs ont connu et connaissent encore une certaine frustration.❞

Les Spits sont dans le langage commun du grimpeur: les points d’ancrages installés dans le rocher, garants de nos ascensions. Même si notre action dépasse l’équipement de voies et concerne l’ensemble des pratiques de l’escalade, l’histoire de l’association a démarré avec des spits et un ouvreur passionné… C’est Antonin Rhodes qui a eu l’idée de créer cette association, et qui a trouvé le nom. Son histoire personnelle l’a amené à laisser son CDI et sa vie bien rangée pour aller équiper des lignes, ouvrir des itinéraires sur le rocher et révéler leur beauté, partager ces découvertes avec d’autres grimpeurs passionnés. C’est un équipeur altruiste, il pense à la fois à l’esthétisme et à la communauté des grimpeurs quand il ouvre. Il compte plus de 500 voies à son actif, et a développé des secteurs entiers, livrés clés en main aux grimpeurs curieux, avec sa marque de qualité : voies nettoyées, équipement optimisé, sentiers aménagés… Pourtant, il a toujours payé tout son matériel et équipé dans l’ombre. C’est frustrant, surtout lorsque l’on voit que l’évolution de l’escalade française en falaise se fait à travers des voies équipées bénévolement. Tout le monde trouve ça génial et en redemande, les grimpeurs pros se font prendre en photo, les médias publient des articles et vidéos.

GC - interview greenspits - equipement_greenspits_jannovakphotography
Antonin équipement – photo by Jan Novak Photography

Le projet associatif d’Antonin m’a parlé tout de suite. Falaisiste sensibilisée au travail d’équipement, j’ai grimpé avec des ouvreurs passionnés comme Adrien Boulon, Antonin Cherbonnier ou Laurent Triay. La problématique des sites naturels d’escalade me paraissait claire depuis longtemps, mais je déplorais sans agir concrètement. Lorsque j’ai débuté la grimpe en compétition il y a plus de 15 ans, je n’avais pas conscience de la richesse culturelle et patrimoniale de notre sport. J’ai évolué au fil de ma pratique pour sortir de mes habitudes de consommation et me remettre en question. C’est grâce à la motivation d’Antonin que je me suis lancée dans le projet.

La rencontre qui a fait décoller le projet Greenspits fut celle de Benoit Foujols, en février 2016 à Seynes. Ce ne fut pas tant un hasard, car Benoit comptait contacter Antonin dans les jours à venir. Ils avaient un ami proche en commun, Bilou, parti trop tôt lors d’un accident de parapente. Benoit avait été touché par une vidéo publiée sur le web en rapport avec la « voie hommage » ouverte par Antonin dans le Verdon : « A Muerte Bilou ». Il voulait à tout prix rencontrer Antonin. Benoit a naturellement été sensible à notre projet, lui même montagnard et grimpeur investi dans l’équipement. Il s’est révélé être la personne qui nous manquait pour donner de la valeur à nos ambitions. C’est un peu le genre de mec qui à 30 ans avait déjà tout fait dans sa vie : DJ photographe, ingénieur, psychologue, conseiller pour startups, engagé dans le milieu associatif depuis plusieurs années…

GC - interview greenspits - portrait-benoitfoujols-team-greenspits
Portrait de Benoit Foujols – Team Greenspits

Pour définir les idées fortes de Greenspits, on peut dire que l’association a débuté avec plusieurs rêves :
– Celui que chaque grimpeur ait conscience du travail d’équipement et le respecte, s’investisse humainement ou financièrement pour préserver cela.
– Celui que chaque grimpeur soit engagé dans la préservation du patrimoine grimpe et de la nature.
– Celui que l’argent qui émane de l’activité escalade soit réparti équitablement et profite à ceux qui la développent réellement.
– Celui que les grimpeurs soient reconnus et respectés dans leur activité, qu’ils soient accueillis dans les communes, qu’ils soient écoutés par les écologistes et les pouvoirs publics.

À noter que Greenspit (sans s) est aussi le nom d’une voie en trad de la vallée de l’Orco (Italie) ouverte par Didier Berthod en 2003. C’est une coïncidence car Greenspits est le premier nom qui est venu à l’esprit de Tonio pour l’association et en tapant sur Google avec un « s » , rien ne ressortait… Comme quoi on a tous nos lacunes niveau culture grimpe !

Notre vision pour l’avenir est qu’une association comme Greenspits a une mission : donner de la valeur à notre sport. Pour cela nous devons bâtir une infrastructure conseil, un acteur légitime de référence. Nous devons transformer la culture des acteurs de l’escalade, repenser notre modèle. Cela prend du temps, s’organise à plusieurs, dans un environnement où l’ensemble des actions sont faites au service de cette mission.

GC- interview greenspits - Antonin Rhodes lors d’un atelier sur l’équipement pour La Fête du Spit #1 à Mollans-Sur Ouvèze - photo by Jan Novak.
Antonin Rhodes lors d’un atelier sur l’équipement pour La Fête du Spit #1 à Mollans-Sur Ouvèze – Photo by Jan Novak Photography

⇈ Sommaire ⇈


L’association est toute jeune, comment percevez-vous pour l’instant, l’intérêt des grimpeurs pour ce projet ? Et celui des administrations «grimpe» ?

En effet l’association a fêté ses 1 an il y a peu. Nous sommes plutôt satisfaits de l’intérêt des grimpeurs pour ce projet, nous comptons maintenant 260 membres. Cela ne représente pas grand-chose par rapport à l’ensemble des pratiquants, mais nous grandissons à notre rythme et avec les possibilités du bénévolat.

Nous avons régulièrement des témoignages positifs, des sollicitations pour participer à des évènements, des demandes de conseils. Les administrations qui s’interrogeaient au départ nous témoignent également de l’intérêt ; on peut le voir avec le dernier événement co-organisé Ffme/Greenspits à St Léger du Ventoux. Nous sommes de plus en plus sollicités, parfois un peu « utilisés », car il est évident que l’idée plaît et est dans l’air du temps.

Nous avons besoin de membres actifs prêts à réaliser des actions ponctuelles dans tous les domaines, même ceux qui n’ont pas de rapport avec l’escalade comme le design et le marketing. Il est également évident que si tous les lecteurs de cet article prennent leur adhésion, on pourra réaliser plus d’actions cette année !

Travailler, Grimper et gérer Greenspits est une tâche difficile mais très motivante ! 🙂

GC- interview greenspits - Rencontre avec les professionnels de la grimpe Chris Sharma et Patxi Usobiaga à Friedrichshafen pour présenter le projet Greenspits. Selfie by jan Novak.
Rencontre avec les professionnels de la grimpe Chris Sharma et Patxi Usobiaga à Friedrichshafen pour présenter le projet Greenspits. Selfie by Jan Novak Photography

⇈ Sommaire ⇈


De grands noms de l’escalade vous rejoignent petit à petit… Le magazine « Grimper » vous a octroyé quelques pages dans plusieurs numéros…. C’est plutôt de bon augure, non?!

C’est un objectif pour nous que les grands noms de l’escalade s’investissent dans le projet. En effet, si on veut changer les mentalités et montrer le « bon exemple », cela passe par une médiatisation des bonnes pratiques. Par exemple on espère voir bientôt des vidéos de grimpe où il n’y a pas de gros tickets partout et où les grimpeurs brossent les prises ! Pour le moment en France, peu de grimpeurs pro jouent sur le versant du respect et de la protection des falaises. Florence Pinet est la première à avoir rejoint l’association. Adam Ondra est notre 102ème adhérent. Il nous a félicité pour cette initiative et encouragé pour l’avenir. Pour lui les 20€ de l’adhésion représentent moins que la valeur des topos en accès libre sur notre site…. Pourtant les topos ont été téléchargés plus de 3500 fois sans adhésion… Parmi nos membres d’honneur on peut citer également : Arnaud Petit et Stéphanie Bodet, Christophe Bichet, JB Tribout, Antoine Le Ménestrel, Gérôme Pouvreau, Caroline Ciavaldini et James Pearson, Sébastien Bouin, Romain Pagnoux, Manu Lopez, Manon Hily.

GC - interview greenspits - Arnaud et steph lors d'une conférence Greenspits ©Jan novak
Arnaud Petit et Stephanie Bodet lors d’une conférence Greenspits – Photo by Jan Novak Photography

Grimper Magazine nous soutient depuis le début. Ils ont souhaité nous interviewer et Fred Labreveux nous a fait honneur dans certains de ses Editos. Je crois qu’ils sont convaincus pas le message que l’on veut faire passer. Comme le dit Adrien Boulon dans son dernier article sur Bavela (Grimper#180), les dernières voies françaises médiatisées et emblématiques de l’activité que l’on retrouve en couverture de Grimper sont issues d’initiatives personnelles et bénévoles. Le magazine Grimper est un bon indicateur des éléments qui dynamisent l’escalade outdoor. Leurs reportages incitent les grimpeurs du monde entier à venir sur les spots Français, et font fait rêver les gens… Grimper rend hommage à ceux qui développent réellement l’activité, un combat commun avec Greenspits.

Retrouvez également un article sur Greenspits et une interview de Carole dans le dernier numéro de Grimper venant de paraître n°181 – Eté 2017

Les grimpeurs pros et la presse spécialisée sont des intermédiaires précieux pour éduquer, sensibiliser et informer le plus grand nombre. Cela peut, à défaut, nous placer dans une approche élitiste de l’activité mais ce n’est en aucun cas une volonté de notre part. Au contraire, nous voulons rééquiper des secteurs de tous niveaux, éduquer les grimpeurs débutants comme confirmés. C’est juste un fait que, pour l’instant, les grimpeurs qui s’investissent à Greenspits ont pour la plupart (mais pas tous !) un bon niveau du fait de leur expérience.

GC - interview greenspits - couv-grimper-tonio-carrière-du-Maupas- photo © isabelle bihr
Tonio à la carrière du Maupas – Photo by Isabelle Bihr Photography

⇈ Sommaire ⇈


Comment a été rédigé le pacte du grimpeur responsable ?

Nous avons rédigé le pacte autour d’un apéro avec plusieurs grimpeurs passionnés. J’étais devant l’ordi, je les questionnais et je notais les idées. Ensuite nous avons hiérarchisé tout ça, et partagé dans notre réseau pour les dernières améliorations.

Retrouvez et signez le pacte du grimpeur responsable en ligne:
http://greenspits.com/fr/le-pacte-greenspits-en-ligne/

Nous voulions à la base rédiger une charte regroupant les points clés et valeurs de l’association. La charte a plutôt pris la forme du « pacte », plus spécifique, et inspirée de « The Pact » rédigé par l’Access Fund. Nous nous inspirons souvent des actions de l’Access Fund car ils travaillent sur les problématiques de préservation et d’accès aux falaises Américaines depuis les années 80.

GC- interview greenspits - Valentin Dupont, bénévole actif pour Greenspits fait un petit clean up du pied de falaise à Margalef - Photo by Guillaume Lebret
Valentin Dupont, bénévole actif pour Greenspits fait un petit clean up du pied de falaise à Margalef – Photo by Guillaume Lebret.

⇈ Sommaire ⇈


Concrètement, quelles sont les actions qui ont vu le jour grâce à l’association ?

Concrètement, on a déjà réalisé plusieurs conférences à visée éducative en club ou lors d’évènements. Leur objectif est de sensibiliser les grimpeurs aux problématiques d’accès, d’équipement, de rééquipement, d’entretien et de préservation des falaises, mais aussi donner des règles de base de sécurité pour autonomiser et responsabiliser les pratiquants.

Nous avons réalisé des topos sur trois falaises équipées (par des bénévoles dont Antonin Rhodes) avant l’origine de l’association. Ces topos sont en libre accès sur notre site, dans le simple but de faire prendre conscience aux grimpeurs qu’acheter un topo ne suffit pas pour entretenir une falaise. Si l’argent du topo revient en majorité à la falaise, c’est une bonne chose, mais en réalité ça ne fonctionne pas dans 100% des cas en France… Nous ne vendons pas nos topos car nous attendons que les grimpeurs prennent leur adhésion et soutiennent la globalité de nos actions, avec une vision sur le long terme. Nous aimerions qu’ils se sentent acteurs pour le développement de l’escalade en général et non pas qu’ils achètent leur droit d’entrée à la falaise pour consommer en tout bien tout honneur sans se poser de questions. Vous pouvez toujours retourner sur le site de Greenspits si vous avez téléchargé le topo sans prendre votre adhésion 😉

Nous avons équipé une nouvelle falaise dans la Drôme, sur laquelle nous allons communiquer à l’automne prochain. C’est l’une des actions au plus gros budget de 2016 car tous les points de cette falaise ont été financés par Greenspits. C’est un secteur qui compte 25 voies du 5c au 8c+++. Nous avons déjà communiqué sur cette action avec nos membres lors de l’AG Greenspits en décembre dernier. Pour les grimpeurs intéressés, il y aura un article dans Grimper prochainement et le topo en ligne sur le notre site web. Nous voulons faire les choses dans l’ordre et gérer la problématique des parkings avec la commune avant qu’il n’y ait trop de monde.

Retrouvez tous les évènements/actions de l’association:
http://greenspits.com/fr/evenements-et-actions/

Les actions de rééquipement sont parmi nos priorités mais coûtent très cher. Nous cherchons des partenaires pour soutenir ces initiatives. L’objectif serait dans un premier temps prêter main forte aux comités départementaux dans le souci de travailler avec les acteurs locaux, en leur fournissant du matériel et de la main d’œuvre.

Dernièrement nous avons co-organisé un événement avec la Ffme sur la Falaise de St-Léger-du-Ventoux avec de jeunes grimpeurs compétiteurs. Nous étions 7 « coachs » sur le terrain, dont Sébastien Bouin et Manu Lopez , avec pour objectif de sensibiliser les jeunes aux problématiques liées à la falaise et de les motiver à continuer la grimpe après la compétition. Nous avons réalisé des conférences éducatives mais aussi culturelles avec l’appui de légendes de l’escalade comme Arnaud Petit, Stéphanie Bodet et Caroline Ciavaldini venus spécialement en réponse à la sollicitation de Greenspits.

Nous avons réalisé un Clean Up Day à Fontainebleau en partenariat avec le club de Massy le 21 mai dernier. Le retour est très positif et nous allons renouveler l’expérience prochainement. L’ONF nous a également contacté pour nous remercier et mettre en place une organisation conjointe.

GC- interview greenspits - Partenariat entre le club de Massy et Greenspits pour le clean up day de Fontainebleau - photo by Benoit Foujols
Partenariat entre le club de Massy et Greenspits pour le clean up day de Fontainebleau. Photo by Benoit Foujols.

Nous avons ensuite participé au meeting Slack Ardèche via un stand d’information et un atelier dédié à l’équipement. Antonin Rhodes, Nicolas Nastorg et Tristan Soulé ont fait du conseil personnalisé aux slackeurs pour l’installation des highlines. Nous avons la conviction que le partage d’expérience entre grimpeurs et slackeurs est très positif pour l’évolution de ces deux activités. En ce moment le planning est plutôt chargé car nous sommes dans l’organisation de la Fête du Spit #2, nous développons notre stratégie pour les partenariats de 2018 avec les marques, clubs et salles d’escalade. Nous préparons les futures conférences comme celle qui aura lieu aux fameuses 24h du mur à Oloron le 1er octobre….

GC- interview greenspits - Margo Hayes brosse les prises lors de la fête du spit #1 à Mollans-sur-Ouvèze - Photo by Jan Novak.
Margo Hayes brosse les prises lors de la fête du spit #1 à Mollans-sur-Ouvèze – Photo by Jan Novak Photography


⇈ Sommaire ⇈


Vous êtes bénévoles, le travail des équipeurs en France est lui aussi majoritairement bénévole (et peu reconnu), comment fonctionne aujourd’hui l’association ? Avec quels moyens ?

Aujourd’hui l’asso fonctionne grâce aux bénévoles qui s’investissent activement de nombreuses heures par semaine et grâce à tous ceux qui ont adhéré ou fait un don. Merci à vous car pour l’instant c’est la seule entrée d’argent de l’association. Nous revenons tout juste du salon international de l’outdoor à Friedrichshafen où nous avons rencontré les représentants marketing de plusieurs marques afin de lever des fonds pour nos futures actions.

Vous souhaitez adhérer à Greenspits? C’est par ici:
http://greenspits.com/fr/devenir-membre-dons-association-greenspits/

En tant qu’association, et surtout en France, nous ne pouvons fonctionner uniquement via les dons et adhésion. Par exemple si nous voulons monter un projet de rééquipement, les fonds sont insuffisants. Notre association est d’utilité publique donc les entreprises peuvent déduire leurs dons des impôts à hauteur de 66%.

Nous avons eu des retours très positifs concernant notre projet, et plusieurs entreprises, salles privées et clubs, souhaitent mettre en place des partenariats. Du boulot nous attend pour cet été !

GC- interview greenspits - motivés à bloc à friedrichshafen. Carole, Antonin, Théo Cartier et Valentin Dupont
Motivés à bloc à friedrichshafen! Carole, Antonin, Théo Cartier et Valentin Dupont.

⇈ Sommaire ⇈


Des conseils à nous dévoiler pour s’améliorer en tant que grimpeur ?

Pour s’améliorer en tant que grimpeur, on peut donner certains conseils mais on a encore beaucoup à apprendre nous-mêmes ! Je dirai écouter ses envies, ses rêves, et oser. Sortir de sa zone de confort est la clé.

L’avis de Tonio c’est que pour être bon en falaise, il faut faire de la falaise…. Les heures de Gullich ne serviront qu’à ceux qui ont déjà une bonne expérience du rocher.

GC - interview greenspits - Carole - © Antoine Veillard Photographe, « Lachez le tigre » 8b équipé par Luciano Maillot, fleurs jaunes
Carole dans « Lachez le tigre » 8b – Equipée par Luciano Maillot – fleurs jaunes, La Réunion – Photo by Antoine Veillard Photographe

⇈ Sommaire ⇈


ღ Des bonnes pratiques, autres que celles du pacte, à nous donner pour une attitude green et responsable ?

Cultiver son bon sens et adhérer à Greenspits ! Le plus important est d’être attentif à notre milieu, car chaque endroit est différent et a ses codes. Il est important d’observer, de rester humble, d’être courtois et de discuter avec les locaux.

Sur les réseaux sociaux, n’hésitez pas à taguer #greenspits et #greenspitsmember 😉

GC - interview greenspits - portrait carole_jannovakphotography
Portrait Carole – Photo by Jan Novak Photography

⇈ Sommaire ⇈


ღ Beaucoup de grimpeurs sont intéressés par un mode de vie/alimentation plus sain(e). Vous sentez-vous concernés par ces notions?

Euhhh… oui on se sent concernés mais c’est pas toujours facile ! On n’a pas de régime particulier et on ne compte pas les calories. Quand on a faim on mange, quand on n’a pas faim, on mange pas… sauf si ça a l’air très très bon ! Se nourrir est un plaisir de la vie au-delà d’un simple besoin. Se payer un bon restau de temps en temps fait partie de nos habitudes.

Encore une fois manger sainement c’est plutôt du bon sens: si on l’écoute un peu, le corps sait ce qui est bon pour lui. Tonio a arrêté le Nutellla il y a peu car 750 g par semaine c’était trop… Depuis qu’il est passé à la purée d’amandes complète, il se sent bien mieux ! 😉

GC - interview greenspits - petit dejeuner de trip grimpe (purée d'amande et miel) © greenspits
Antonin – Petit dejeuner de trip grimpe (purée d’amande et miel 😉 ) Photo by greenspits

⇈ Sommaire ⇈


Et concernant le bien-être des grimpeurs, quels sont vos trucs et astuces pour vos bobos de grimpeurs, votre « santé » en général?

Beaucoup de théorie pour peu de pratique nous concernant… Mis à part boire beaucoup d’eau, j’ai des progrès à faire en ce qui concerne l’échauffement, les étirements, etc… Tonio n’est pas un exemple non plus, et lui ne boit même pas d’eau ! 😉 Idem pour le sommeil, on essaie mais ce n’est pas toujours facile, d’autant plus avec mes horaires de nuit en tant que sage-femme. Mais tout cela va changer car on a des objectifs à atteindre et on prend conscience qu’une bonne hygiène de vie facilite les choses.

Pour les petits bobos, j’utilise beaucoup les huiles essentielles : ravintsara pour les maux ORL, gaultherie pour les douleurs tendineuses, l’immortelle pour les bleus et la cicatrisation. La propolis pour un peu tout. L’aspirine pour les lendemains de soirée….

GC - interview greenspits - Carole - © Antoine Veillard Photographe, « Lachez le tigre » 8b équipé par Luciano Maillot, Fleurs Jaunes, La Réunion 2
Carole dans « Lachez le tigre » 8b équipé par Luciano Maillot, Fleurs Jaunes, La Réunion – Photo by Antoine Veillard Photographe

⇈ Sommaire ⇈


Pour finir, que souhaitez-vous ajouter comme message aux lecteurs de Gratteron et Chaussons?

J’aime l’association entre escalade et nature que font les grimpeurs cueilleurs. Je ne peux par faire mieux et je suis en phase avec ce qu’a dit Antoine Le Menestrel : « Vous tissez des liens entre des univers. L’humanité a besoin de personnes qui assument leurs appartenances contradictoires. Grattons le lichen pour découvrir les prises précieuses qui nous permettront de placer nos chaussons et pousser vers l’avenir. » Merci d’être allés au bout de cette interview !

Retrouvez l’interview d’Antoine Le Ménestrel sur G&C:
« Papotages libres avec un lézard menestrel nommé Antoine »

 

⇈ Sommaire ⇈

 

♧ Pour rappels ♧

Les informations décrites plus haut sont mises à votre disposition à titre informatif. Elles sont la synthèse des propos recueillis pour cette interview et du savoir-faire de Carole Palmier. Elles ne sauraient en aucun cas engager notre responsabilité. L’escalade est un sport comportant des risques que chacun doit tenir en compte.
Si vous réalisez des recettes présentées sur ce blog, Gratteron et Chaussons décline toute responsabilité quant aux éventuelles allergies ou mauvaises manipulations. Veillez à prendre toutes les précautions d’usage. De plus, ce blog ne possède pas de visée thérapeutique; il aide seulement au mieux-être et à l’entretien de sa santé, veuillez consulter votre médecin, votre pharmacien ou autre professionnel de santé si vous avez le moindre doute. Il n’est pas dans l’intention du blog Gratteron et Chaussons de poser des diagnostics ou de remplacer une consultation. Il décline toute responsabilité dans les cas d’auto-prescription sans l’autorisation préalable d’un professionnel de santé.

Bonne grimpe !

logo gratteron et chaussons

⇈ Retour en haut ⇈

Les photographies de cette interview nous ont été données par Carole. Les auteurs des images sont mentionnés en légende sous chaque photographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *