Petit Bonheur #20 – Comment fleurir et charmer sans bouger ?

« Abeille : petit insecte capable de fabriquer le monde » disent certains pour définir cet hyménoptère. Sans les abeilles (et tout plein d’autres insectes…), notre monde serait moins varié et moins coloré. Les abeilles contribuent de manière essentielle à notre vie, à la Vie en générale. Les abeilles sauvages, en particulier, pollinisent également de nombreuses plantes sauvages, contribuant ainsi à maintenir la variété naturelle de tout l’écosystème. Les plantes constituent la base de l’existence, la nourriture et l’espace de vie de nombreux autres animaux, mais aussi des êtres humains. De ce fait, les abeilles ne sont pas un choix de l’être humain. Nous avons besoin d’elles. Il est donc essentiel de préserver des colonies d’abeilles mellifères saines, des colonies d’abeilles sauvages riches en espèces et en individus, ainsi que les autres espèces de pollinisateurs sauvages.

Une photographie sur le site vous fait de l’œil? Vous êtes intéressé par un tirage? Vous souhaitez offrir un cadeau en image (impression, cadre, édition limitée, storytelling…)? Je vous invite sur cette page et à me contacter pour de plus amples informations!

Abeille à miel sur scabieuse des champs - Surba 2021
Abeille à miel sur scabieuse des champs – Surba 2021

Pour le BeeDay, la journée mondiale des abeilles (et de tous les insectes pollinisateurs), il est important de rappeler l’importance de ces pollinisateurs dans l’amélioration de la biodiversité. Les abeilles et autres pollinisateurs sont largement reconnus pour leur rôle important et leur contribution à la sécurité alimentaire et à la nutrition, à l’agriculture durable, à la santé des écosystèmes et de l’environnement, à la préservation et l’enrichissement de la diversité biologique et à d’autres aspects du « développement durable ». Et pourtant, les abeilles et autres pollinisateurs sont en large déclin dans certaines des principales régions agricoles du monde. Par ailleurs, de plus en plus d’espèces de pollinisateurs à travers le monde pourraient disparaître du fait de pressions diverses, dont beaucoup sont d’origine humaine.

« Si l’abeille venait à disparaître, l’humanité n’aurait plus que quelques années à vivre. » C’est l’une des versions de la phrase attribuée à Albert Einstein. Authenticité de cette citation? Toutes les recherches entreprises n’ont jamais abouti. Impossible de trouver dans les écrits d’Einstein la preuve recherchée. Mais qu’importe, cette phrase, quelle que soit sa version, véhicule un message important : le sort de l’humanité est lié à celui des pollinisateurs. Et ce sont surtout des insectes, dont les abeilles.

Alors, apprenons à connaître ces amies pourvoyeuses de nos fruits et potagers. Les abeilles de France comptent près de mille espèces différentes et l’espèce élevée, Apis mellifera, est une de ces espèces qui n’est pas la seule espèce « sociale ». Une abeille solitaire vit dans le sol, dans une galerie creusée par un autre insecte, ou dans une tige creuse… Les abeilles sauvages ne vivent pas en colonies, ne font pas de miel et sont donc moins connues. Pourtant, elles sont très actives et… ne piquent pas! 😉 En France, ce sont plus de mille espèces différentes qui ont été répertoriées. Savez-vous que vous pouvez offrir le gîte à ces abeilles sauvages/solitaires? Comme vous proposez des nichoirs aux oiseaux, vous pouvez proposer des nichoirs aux abeilles. Et cela, même en ville !

Abeille à miel - Surba 2021
Abeille à miel – Surba 2021

La grande majorité des plantes à fleurs sont dépendantes des insectes pour leur reproduction sexuée. Si le vent peut se charger de transporter le pollen chez certaines d’entre elles (pollinisation anémophile), chez les autres, les courants d’air ne suffisent pas (pollen trop lourd, trop collant, peu abondant…). Elles possèdent d’autres stratégies: notamment par les insectes (pollinisation entomophile) qui, en butinant une fleur après l’autre, dispersent le pollen et permettent la fécondation d’une fleur par le pollen d’une autre fleur de la même espèce, située à une distance plus ou moins grande. Abeillesbourdons, mouches, guêpes, papillonscétoines et autres petits scarabées… sont autant d’insectes pollinisateurs.

Mais ces insectes pollinisateurs, encore faut-il les attirer. Car les plantes sont immobiles (et silencieuses) : elles doivent donc déployer des trésors d’ingéniosité pour se faire remarquer de la gente ailée ! Reste donc, comme armes de séduction mises à leur disposition : la couleur, la forme, la taille, et le parfum de leurs fleurs. Pour attirer les insectes gourmands, rien de tel qu’un parfum ! Les insectes sont très sensibles aux odeurs, grâce aux récepteurs olfactifs situés sur leurs antennes. Les papillons de nuit sont les champions de l’odorat : ils sont capables de repérer une fleur odorante à plusieurs centaines de mètres. Dans un environnement vert chlorophylle, les fleurs se détachent visuellement… pour notre œil d’humain, mais aussi pour les yeux des insectes ! Ils ne voient cependant pas les couleurs de la même manière que nous. Leur œil est capable, pour beaucoup d’entre eux, de ne voir que 3 couleurs : le jaune, le violet/bleu, et l’ultraviolet (et éventuellement le proche infrarouge pour certains insectes). Ce n’est donc pas un hasard si bon nombre de fleurs sauvages sont jaunes  ou bleues.

Bourdon couvert de pollen dans une fleur de Safran - Génat 2019
Bourdon couvert (et ivre!) de pollen dans une fleur de Safran – Génat 2019

Aujourd’hui les abeilles et les papillons dépendent totalement des fleurs pour leur nourriture. Inversement, si ces insectes disparaissaient 80 % de nos espèces végétales cultivées ne pourraient « probablement » plus assurer leur reproduction et donc nous ne pourrions plus récolter leurs fruits ou graines pour notre alimentation (35 % du tonnage de ce que nous mangeons dépend d’une pollinisation animale). D’où l’intérêt de les protéger et de les attirer dans nos jardins! La diversité et l’abondance des insectes pollinisateurs permettaient d’obtenir des variations de rendement de l’ordre de 30 % dans les cultures à travers le monde. C’est considérable et cela veut dire que sans une diversité et une quantité suffisantes d’insectes pollinisateurs, la diminution de rendement et de qualité est drastique dans les cultures dépendantes de cette pollinisation.

Abeilles noire sur - Surba 2021
Abeilles à miel sur euphorbe – Surba 2021

Une photographie sur le site vous fait de l’œil? Vous êtes intéressé par un tirage? Vous souhaitez offrir un cadeau en image (impression, cadre, édition limitée, storytelling…)? Je vous invite sur cette page et à me contacter pour de plus amples informations!

A bientôt,
✽ Ivan ✽

logo ivan olivier photographies

Mélanie & Ivan, les auteurs de Gratteron et Chaussons

Des partages de grimpeurs-cueilleurs depuis 2016: 100% indépendant, 100% nature et 100% passion | Rockclimbing • Trail & Hike • Medicinal Plants • Lifestyle • Lovelife • Travel in van & Nature lovers • Mountain Explorers • Des hommes, 1 planète et tous ceux qui l'habitent. De la montagne, de l'outdoor, du bien-être au naturel, un peu d'humour et beaucoup de life! Nos prestations professionnelles en Ariège Pyrénées: * Avec Mélanie Dupuis, PhytoRéflexologue: Réflexologie plantaire, Massages bien-être et Ateliers-Coaching - * Avec Ivan Olivier, Photographe Cordiste et Educateur à l'environnement: Reportages photographiques (outdoor, storytelling, artisanat) * En duo synergique: Sorties et Animations Nature.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *