Papotages outdoor et en images avec Jan Novak

Par un week end de novembre 2017, à la falaise de Vénasque, quelle ne fut pas notre surprise de voir un autre couple de grimpeurs arriver… (Nous cherchions le soleil chaleureux et nous n’étions pas nombreux ce jour là en falaise!) « Mais euh, ce ne serait pas Jan Novak?! » Un après-midi de grimpe et de discussion sur la photographie pour les garçons, un après-midi de grimpe et de discussion sur les plantes pour les filles! Une positive attitude et une convivialité certaines pour ce créatif rêveur!

Dans le milieu de l’escalade, qui n’a jamais entendu parler de Jan Novak? Comme tout le monde, nous l’avons connu via des magazines comme Grimper, par l’association Greenspits, par ses images d’Adam Ondra, de Margo Hayes, de Daila Ojeda, etc, ou encore par la couverture photographique d’évènements comme certaines coupes du monde d’escalade… Un photographe outdoor qui manie escalade, outdoor, poésie et écologie, un photographe dont nous apprécions réellement les images, un certain style photographique qui ne trompe pas sur son auteur, Jan  fait parler les images!

GC - interview jan novak photography - photo by Ivan Olivier

Afin de pouvoir vous y retrouver parmi nos invités, les interviews suivent les mêmes voies: une 1ère partie escalade où les questions sont identiques pour chaque grimpeur, une 2e partie axée sur un de leur projet « alternatif », une 3e partie pour laisser place aux conseils et aux astuces. Bonnes découvertes!

GC- logo jan novak photography

Sommaire cliquable:

Pourrais-tu te décrire en 5 mots?
Par curiosité, pourquoi avoir choisi la France pour t’installer?
Pourquoi l’escalade ? A quel âge as-tu commencé ?
Aujourd’hui, qu’est-ce qui te correspond le plus ? Grande Voie ? Couenne ? Bloc? En libre, trad’ ?
Et surtout, quelle est ta philosophie actuelle concernant l’escalade ?
Des falaises/blocs/voies à nous partager ?
Quel est ton plus beau souvenir en escalade? Et le « pire »?
Tu es aussi un photographe renommé dans les événements sportifs, entre autres. Depuis quand exerces-tu?
Nous te connaissons chez GC grâce à tes photos d’escalade. Mais quel est ton sujet de prédilection?
Les photos dont tu es le plus fier ?
Ton meilleur souvenir photo ? Et le pire ?!
Comment gères-tu les grands événements afin d’avoir l’objectif partout à la fois ?
Dans quels magazines/livres/webzines peut-on retrouver tes photos ?
Quel matériel utilises-tu et quelles sont tes petites astuces photo pour rendre plus jolies les images d’escalade ?
Et sinon, en mode secrets… de prochains projets photos ?! Autres ?!
Changeons de sujets. Tu es un des photographes attitrés de Greenspits. Pourquoi avoir rejoint cette association ?
Beaucoup de grimpeurs sont intéressés par un mode de vie/alimentation plus sain(e). Te sens-tu concerné par ces notions ?
Pour finir, que souhaites-tu ajouter comme message aux lecteurs de GC?
Rappels…



Pourrais-tu te décrire en 5 mots?

#rêveeeeuuur #créatif #authentique #vadrouilleur #greenspitsmember

GC - interview jan novak photography - photo by benoit foujols

⇈ Sommaire ⇈


Par curiosité, pourquoi avoir choisi la France pour t’installer?

Ce n’était pas mon but, cela s’est fait un peu par hasard. Tout a commencé en République Tchèque dans la petite ville où j’ai fais mes études… Je vais rarement au Ciné et jamais tout seul, mais ce jour là, il pleuvait, le ciel était gris et j’étais hypnotisé par l’affiche du film du “Fabuleux destin d’Amélie Poulain”. J’ai été attiré comme un aimant. Je me suis fait absorber par l’ambiance unique de ce film, l’amour ludique et l’énergie douce qui en découlaient et cela a beaucoup résonné en moi. Je pense que ce film a été un déclencheur inconscient. Au même moment, j’étais avec une copine Tchèque qui venait de finir son bac français et elle voulait absolument venir en France pour pratiquer la langue française. Nous sommes donc partis en vélo et après avoir pédalé quelques semaines, nous nous sommes retrouvés dans La Drôme Provençale, à Buis les Baronnies. A cette époque, c’était la capitale des babas-cool, on a fait la cueillette comme tout le monde car nous n’avions plus d’argent et on a aussi commencé à grimper. Après un merveilleux été passé en France, le retour à la réalité “Tchétchène” fut dur. L’année suivante, je me suis séparé de ma compagne et je suis retourné à Buis les Barronies, seul. Le destin a fait que je suis resté en France en retrouvant mon “Amélie Poulain”. Depuis, je sais que La France c’est aussi “Le dîner de cons”, “La soupe aux choux”, “Les Bronzés font du ski” et “J’ai toujours rêvé d’être un gangster” avec ses ambiances particulières, mais c’est pour tout çà aussi que c’est beau!

GC - interview jan novak photography 1

⇈ Sommaire ⇈


Pourquoi l’escalade ? A quel âge as-tu commencé ?

J’ai justement commencé en France, il y a 10 ans. Je n’ai jamais grimpé régulièrement et j’ai toujours été partagé entre le ski, la randonnée, le voyage, le vélo etc. C’est seulement depuis 3 ans, quand j’ai déménagé dans le Briançonnais, que je suis devenu un peu plus régulier.

Pourquoi l’escalade ? Parce que tu es dans la nature, parce tu grimpes souvent avec des potes, parce que tu vis dans le moment présent, parce que tu te challenges avec toi même et avec la voie, parce qu’il y a beaucoup de mouvements différents et de variations, parce que c’est une danse verticale, parce que c’est beau, parce que c’est Bio ou presque. 🙂

GC - interview jan novak photography 2

⇈ Sommaire ⇈


Aujourd’hui, qu’est-ce qui te correspond le plus ? Grande Voie ? Couenne ? Bloc ? En libre, trad’ ?

Aujourd’hui, c’est plutôt en couenne, mais je suis ouvert à tout. Le trad’, ça me fait flipper car je n’ai pas assez d’expérience. Mai j’ai trouvé mon maître, Nico Favresse, qui place des coinceurs plus vite que son ombre et j’espère me décoincer avec lui ! 😉

⇈ Sommaire ⇈


Et surtout, quelle est ta philosophie actuelle concernant l’escalade ?

Ma réponse est liée à la 3e question : c’est surtout passer du temps dans une nature magnifique. Pour moi, c’est la base!

GC - interview jan novak photography 16

⇈ Sommaire ⇈


Des falaises/blocs/voies, que tu apprécies particulièrement, à nous partager ?

C’est très subjectif! J’aime tout sauf le calcaire gris patiné. Pour moi, le plus beau caillou est le grès suivie par la molasse, le granit, le conglomérat, la quartzite et des mélanges de calcaire atypique. J’aime les vraies lignes et pas les bidouilles. Cette année, j’ai eu un coup de coeur pour les falaises de Mollans-sur-Ouvèze, Blavet, Mt. Dauphin, Fournel, Ailefroide, Ceuse et Venasque où j’ai eu la chance de pouvoir grimper. En France, il y a des beaux cailloux partout !

GC - interview jan novak photography 3

⇈ Sommaire ⇈


Quel est ton plus beau souvenir en escalade? Et le « pire »?

Mon plus beau souvenir: quand j’ai équipé une falaise d’altitude dans les Pyrénées Catalanes et que j’ai vu les gens grimper dans ces voies. J’ai vu l’euphorie dans leurs yeux brillants et plein de satisfaction, ça fait trop du bien… ! Et bien sur, mes plus beaux souvenirs sont aussi quand je clippe le relais de mes projets.

Le pire moment: quand je suis tombé dans un rappel à cause d’une mauvaise manipulation (pas de noeud d’arrêt). Je me suis cassé 5 apophyses transverses des vertèbres lombaires. Cela a été dur de ne pas pouvoir marcher pendant plusieurs semaines ! Mais c’était aussi très motivant de ne pas être mort…

GC - interview jan novak photography 4

⇈ Sommaire ⇈


Tu es aussi un photographe renommé dans les événements sportifs, entre autres. Depuis quand exerces-tu?

Je fais des photos pro depuis 3 ans et demi et je pense que les photos d’événements sportifs sont les shootings les plus stressants et les plus frustrants. Il faut être partout à la fois, mais on ne peut pas. Petit à petit, je commence à gérer le stress avec l’expérience et à être assez efficace.

Retrouvez-le sur son portfolio:
http://ooonza.wixsite.com/jannovak

GC - interview jan novak photography 5

⇈ Sommaire ⇈


Nous te connaissons chez GC grâce à tes photos d’escalade. Mais quel est ton sujet de prédilection?

Ça va sûrement sonner comme un cliché, mais j’aime la vie et cette dernière se retrouve dans tout ce qui nous entoure. J’aime montrer la beauté cachée où les autres ne la voient pas.

Je ne vois pas l’intérêt de faire des photos de paysage au coucher de soleil vides de sens. Par contre, faire un portrait d’une personne, qui a du mal à voir sa beauté intérieure, pour qu’elle s’aime pour elle même et pour qu’elle partage cet amour et cette énergie positive autour d’elle alors oui, cela fait sens pour moi. Pour les photos d’Outdoor, mon but principal est d’inspirer les gens pour qu’ils aillent dans la nature en pleine conscience… Pour ne pas passer leur vie entre 8h de travail par jour enfermés dans un bureau, la télévision après le boulot et le shopping pendant le week-end.

GC - interview jan novak photography 6

⇈ Sommaire ⇈


Les photos dont tu es le plus fier ?

Je ne suis pas très fier des mes photos, j’ai le regard très critique envers moi même. Je pense qu’il y a toujours quelque chose que je peux améliorer concernant la composition, la lumière ou certains détails. Par contre, je suis fier quand je me suis bien sorti de certains shootings où les conditions étaient difficiles, voire même bien loin de l’idéal.

GC - interview jan novak photography 7

⇈ Sommaire ⇈


Ton meilleur souvenir photo ? Et le pire ?!

Le meilleur souvenir: quand tu prends la photo exactement comme tu l’as imaginée ou quand par la suite, il ressort quelque chose de beau que tu n’avais même pas vu au premier regard.

Le pire souvenir: quand tu as raté ta photo et que tu ne peux pas te rattraper ou quand il y’a une mauvaise ambiance. 🙁

GC - interview jan novak photography 15

⇈ Sommaire ⇈


Comment gères-tu les grands événements afin d’avoir l’objectif partout à la fois ?

Évidemment, l’événementiel est toujours un peu compliqué et toujours un peu “freestyle”. Il y a beaucoup de monde pouvant gêner ou boucher la circulation, la prise de vue, etc. Parfois il faut courir, parfois il faut être patient et en plus, il faut être super concentré pendant des heures, ce qui est très fatiguant.

C’est facile de faire des clichés basiques, standards “ifsc”, mais lorsqu’on veut prendre des tofs un peu plus créatives “à la Sam Challéat” c’est bien plus dur. De plus, sur certains événements, il est interdit de monter sur le mur pour obtenir des points de vue plus intéressants, ce qui stérilise complètement la créativité. Malheureusement, cela touche aussi l’évènement historique de La Coupe du Monde de Briançon. Avant, c’était plus créatif grâce à la possibilité de monter sur le mur ou bien d’aller dans l’isoloir, etc. Depuis que c’est interdit, tu te retrouves dans la nacelle avec le casque et la vache clippée sur le barreau et tu te sens comme un animal enfermé dans une cage où tout le monde sort les mêmes photos. Bravo aux artistes de l’ifsc! Hashtag #rules_kill_the_creativity

GC - interview jan novak photography 8


⇈ Sommaire ⇈


Dans quels magazines/livres/webzines peut-on retrouver tes photos ?

Grimper, Vertical, Montagnes, Montana, Escalar, Rock&Ice, Climax…etc. Je préfère le papier que le web!

GC - interview jan novak photography 9

⇈ Sommaire ⇈


Quel matériel utilises-tu et quelles sont tes petites astuces photo pour rendre plus jolies les images d’escalade ?

Canon ou Nikon hihihi, mais on s’en fiche du moment que t’utilises le plein format avec plusieurs objectifs de qualité. L’important c’est l’œil. L’ordinateur rend aussi l’image plus belle et malheureusement avec les mailings, la prospection, les publications, les négociations, etc, l’ordinateur est une grande partie de ta vie de photographe.

GC - interview jan novak photography 14

⇈ Sommaire ⇈


ღ Et sinon, en mode secrets… de prochains projets photos ?! Autres ?!

Autre – La révolution verte !!

GC - interview jan novak photography 10

⇈ Sommaire ⇈


ღ Changeons de sujets. Tu es un des photographes attitrés de Greenspits. Pourquoi avoir rejoint cette association ?

Déjà parce que tu peux télécharger les topos de spots mythiques gratuitement comme La Ramirole, Mollans, La Carrière, Entrechaux et d’autres spots qui vont se dévoiler bientôt. Du coup, je trouve ça logique et normal de mettre 20€ pour cotiser à l’association pour que cela puisse continuer.

Ensuite, parce tout le monde ne fait que parler et critiquer mais personne ne fait rien! Greenspits fait des choses concrètes. Parce que derrière cette association, il y’a de véritables passionnés et non des politiciens bureaucrates assis dans leurs beaux bureaux à Paris qui pensent trouver des solutions pour les milieux naturels.

 GC - interview jan novak photography - fete du spit 2017 greenspits

⇈ Sommaire ⇈


ღ Beaucoup de grimpeurs sont intéressés par un mode de vie/alimentation plus sain(e). Te sens-tu concerné par ces notions?

Tout à fait ! Surtout qu’avec l’expérience et l’age, tu sens quel aliment te fait bien et celui qui ne te correspond pas. Du coup, naturellement, tu adoptes un mode de vie plus sain, si tu es bien dans ta tête. Sans zapper la bonne bière après une bonne journée de grimpe bien sûr!

GC - interview jan novak photography 11

⇈ Sommaire ⇈


Pour finir, que souhaites-tu ajouter comme message aux lecteurs de Gratteron et Chaussons?

Aie, il y a plein de trucs à raconter ! Tout d’abord, les politiques et les multinationales ne sont pas là pour nous aider à aller mieux et nous nous retrouvons dans une société de manipulation, d’hypocrisie et de mal être. Tout le monde se tient droit en se disant que ça va aller. Mais pour aller bien, on ne respire pas et on ne mange pas des trucs nocifs ! C’est quand même hallucinant de payer moins cher la nourriture 100% chimique alors que pour pouvoir se nourrir 100% naturel, il faut être riche ! Même pour acheter un bout de terrain pour vivre autrement et être un minimum autonome il faut presque être millionnaire.

GC - interview jan novak photography 12

On s’accroche aux petits bonheurs personnels et au matériel, mais on a presque oublié ce rêve de pouvoir vivre en harmonie avec la nature et surtout avec nous-mêmes, les humains. On utilise beaucoup trop nos cerveaux et on n’écoute plus assez nos sentiments profonds et notre intuition. On travaille comme des dingues tous les jours pour payer le loyer et pour partir 2 semaines en été sur la plage pour se griller la peau & faire la fête et 2 semaines en hiver pour skier avec tout les pinpins & surconsommer de manière exagérée.

Il est évident qu’il est plus facile de ne pas penser à tout ça et de se laisser embrigader dans le moulin du système capitaliste. Une des solutions est peut-être d’anticiper la fin de ce système car de toute façon il se terminera tout seul un jour. Cela fait bien trop longtemps qu’il est vide de sens.

En attendant on respire, on grimpe, on sourit, on rêve ! Peut-être que l’essentiel est invisible pour nos yeux…

GC - interview jan novak photography 13

⇈ Sommaire ⇈

 

♧ Pour rappels ♧

Les informations décrites plus haut sont mises à votre disposition à titre informatif. Elles sont la synthèse des propos recueillis pour cette interview et du savoir-faire de Jan Novak. Elles ne sauraient en aucun cas engager notre responsabilité.
Si vous réalisez des recettes ou si vous suivez des conseils présentés sur ce blog, Gratteron et Chaussons décline toute responsabilité quant aux éventuelles allergies ou mauvaises manipulations. Veillez à prendre toutes les précautions d’usage. De plus, ce blog ne possède pas de visée thérapeutique; il aide seulement au mieux-être et à l’entretien de sa santé, veuillez consulter votre médecin, votre pharmacien ou autre professionnel de santé si vous avez le moindre doute. Il n’est pas dans l’intention du blog Gratteron et Chaussons de poser des diagnostics ou de remplacer une consultation. Il décline toute responsabilité dans les cas d’auto-prescription sans l’autorisation préalable d’un professionnel de santé.

Bonne grimpe !

logo gratteron et chaussons

⇈ Retour en haut ⇈

Les photographies de cette interview nous ont été données par Jan Novak. Les auteurs des images sont mentionnés en légende sous chaque photographie, si vous observez une omission et connaissez le photographe en question, merci de nous en faire part pour que nous le rajoutions.

À propos des auteurs de G&C

Nous sommes Mélanie et Ivan, 2 passionnés d'escalade et de plantes médicinales, 2 amoureux de montagne et de nature! Depuis 2016, à travers Gratteron et Chaussons, nous vous faisons (re)découvrir les jolies falaises de France (et d'ailleurs!) et le savoir-faire des plantes médicinales pour les grimpeurs (mais pas que!). Ivan est grimpeur-photographe, cordiste et pompier volontaire, vous pouvez retrouver ses prestations ICI. Mélanie est conseillère en plantes médicinales, coach en cosmétiques végétaux DIY et réflexologue, vous pouvez jeter un oeil à ses ateliers et séances ICI. Et si vous souhaitez nous donner un coup de pouce avec notre cagnotte collective participative, c'est PAR LA! Un grand merci! :) A bientôt!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *