Cueillette au pied des voies: Chélidoine – Chelidonium majus

Le long des vieux murs, il n’est pas rare de croiser des plantes dont les fleurs jaune vif vous égaient et éclairent la marche d’approche jusqu’à la falaise. Si vous les cassez ou les blessez, un suc orange vif en coule. Vous avez reconnu la chélidoine. Cette dernière est largement répandue car rudérale et proche de l’homme: nous la retrouvons même en ville poussant entre les trottoirs et les maisons dans quelques interstices. Utilisée depuis très longtemps pour certaines de ses propriétés médicinales, elle est aujourd’hui relativement oubliée… Et pour cause, sa toxicité est avérée selon l’utilisation qui en est faite… Redécouvrez-la en partie dans cet article qui lui est consacré, notamment avec l’homéopathie!

Chélidoine © Ivan Olivier Photographie (8)

Court extrait de « Plantes toxiques, les doux remèdes empoisonnés », du magazine Plantes et Santé:  » Sans le savoir, nous consommons des plantes toxiques quotidiennement. Le chou, l’oseille, l’épinard ou encore les tâches vertes de la pomme de terre, les parties vertes de la tomate sont toxiques. Qui s’en inquiète ? En revanche, on enseigne aux enfants dès le plus jeune âge à se méfier des baies rouges de l’if ou des fruits du gui, on craint la belladone… Le célèbre physiologiste lyon Claude Bernard disait «tout est poison, rien n’est poison. Tout est dans la dose». Un aphorisme qui s’applique parfaitement à l’univers des plantes toxiques. Quand on les connaît mieux, on découvre en effet que la plante la plus banale et la moins redoutée peut être un terrible poison et que le poison végétal le plus connu est parfois un remède souverain. Le monde des plantes toxiques ne peut être abordé sans précautions et nous ne vous invitons à y entrer qu’à cette condition, mais lorsqu’on le connaît mieux, on découvre qu’il compte quelques individus tout à fait fréquentables.« 

Chélidoine © Ivan Olivier Photographie (10)

ღ Un peu de botanique

Chelidonium_majus_-_Köhler–s_Medizinal-Pflanzen-033
Köhler’s Medizinal-Pflanzen

Nom(s) commun(s): Chélidoine, Herbe d’hirondelle, Herbe aux verrues, Grande éclaire, Claretto, Félougène
Nom latin: Chelidonium majus
Famille: Papavéracées
Partie récoltée: feuilles et racine
Lieux: commune au pied des vieux murs, des sols pierreux, dans les décombres plutôt ombragés. Plante rudérale, proche de l’homme. (L’apparition des plantes rudérales est liée à une tentative de rééquilibre. En fait, l’homme entretient leur milieu par ses perturbations. Source.)
Brève description: herbacée vivace, 30 à 60 cm de hauteur, feuilles vert bleuté, alternes, molles, découpées en lobes dentelés arrondis un peu comme les feuilles de chêne. Fleurs jaunes d’avril à l’automne, à 4 pétales, avec les étamines et le pistil bien visibles. Fruits en forme de capsules allongées, remplies de petites graines noires. La plante entière laisse couler un latex orange (dermocaustique) lorsqu’on en casse une partie. Ce latex est caractéristique de la chélidoine si vous avez un doute de reconnaissance.

Chélidoine © Ivan Olivier Photographie (11)

ღ Principales propriétés médicinales

augmente le volume de la bile
ツsédative et calmante de la vésicule et des douleurs/spasmes/crampes intestinales ou hépato-biliaires. (antispasmodique des muscles lisses)
ツappropriée  pour les engorgements hépato-biliaire d’après-repas
ツsoulage les migraines d’origine hépatique
ツcontre les cors, durillons, verrues en usage externe
ツHenry Leclerc disait « que la plante exerce un frein momentané à la prolifération tumorale. »

Quelques constituants actifs pour les fins connaisseurs: Possède notamment des alcaloïdes (chelidonine, berberine, sanguinarine…), des saponosides, des acides phénoliques…

Relativement toxiqueVoir plus bas sur les précautions à prendre. Le docteur Jean Palaiseul disait que « 80 grammes de suc (frais et par voie orale) tuent un chien de taille moyenne ».

C’est une plante dite « bio-indicatrice »: elle indique un sol très riche en azote, en calcaire (ou roches calcaires).

Chélidoine © Ivan Olivier Photographie (1)

ღ Quelques usages et utilisations…. et pas que pour les grimpeurs !

ツ compléments alimentaires: extraits, teintures, poudres….

La plante étant toxique au-delà d’une certaine dose, nous ne préférons pas l’utiliser sous ces formes chez Gratteron et chaussons. Référez-vous aux notices et posologies des fabricants car ils dépendent des concentrations, des synergies… Demandez toujours conseil à votre médecin avant toute prise de chélidoine en complément alimentaire.

ツ Infusions, décoctions

La plante étant toxique au-delà d’une certaine dose, nous ne préférons pas l’utiliser sous ces formes chez Gratteron et chaussons. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous référer à des auteurs comme Cazin donnant des indications claires et strictement limitées. Dans tous les cas, ne pas utiliser la plante fraîche mais bien sèche pour les infusions et les décoctions.

Chélidoine © Ivan Olivier Photographie (12)

ツ Homeopathie

Marie-Antoinette Mulot nous indique que « c’est dans ce domaine que la plante occupe une place de choix. » D’après notre expérience, nous sommes d’accord avec elle. 😉 Et c’est sous cette forme que nous l’utilisons principalement chez Gratteron et Chaussons. Le remède porte le même nom que la plante. Adressez-vous à votre homéopathe. Il est souvent conseillé pour les troubles hépato-digestifs: hépatites aiguës avec ictère, constipation avec selles décolorées, migraine avec surcharge hépatobiliaire avec des symptômes caractéristiques où l’on retrouve souvent une latéralité droite des troubles.

Nous utilisons aussi le remède homéopathiqe Choléodoron de chez Weleda, solution buvable en gouttes. Il associe le curcuma et la chélidoine, « 2 substances actives végétales traditionnellement utilisées comme cholérétique et cholagogue dans les cas de troubles dyspeptiques tels que lourdeurs, digestion lente, ballonnements épigastriques, états nauséeux. » Ce remède est disponible en pharmacie sans ordonnance mais n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien et/ou homéopathe. Vous pouvez aussi consulter la fiche Vidal de ce produit accessible sur internet: http://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/CHOLEODORON

Chélidoine © Ivan Olivier Photographie (9)

ツVerrues, cors, durillons

Pas très esthétiques, quelques fois douloureuses (surtout dans les petits chaussons des grimpeurs 😉 ), les verrues peuvent disparaître grâce à l’application répétée du suc orangé de la plante fraîche (en cassant une tige par exemple) directement sur la zone en question. Attention, néanmoins, à ne pas déborder sur la peau saine et encore moins sur une plaie! Marie-Antoinette Mulot préconise de le faire tous les matins et de frotter très doucement avec une pierre ponce le soir. Et ce, pendant 8 jours.

Chélidoine © Ivan Olivier Photographie (13)

– Toxicité –
attentionLatex dermocaustique en usage externe. En ingestion, les feuilles fraîches et le latex peuvent produire de graves troubles digestifs, nerveux et cardiaques. Ne surtout pas utiliser de plantes fraiches par voie orale!!! Quant aux plantes sèches, la précaution s’impose!

– Contre-indications
Ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante, ni chez l’enfant. Déconseillée pour les personnes dont le foie est malade. Dans tous les cas, ne pas utiliser la chélidoine pour un protocole sur le long terme et plutôt en synergie avec d’autres plantes. Merci de toujours demander conseil à votre médecin!

– Bonnes pratiques
(Re) Lire la FAQ sur les plantes médicinales.

– Rappels importants –
Les informations décrites plus haut sont mises à votre disposition à titre indicatif et informatif selon leurs propriétés traditionnellement reconnues. Elles sont la synthèse de lectures de différents ouvrages scientifique ou traditionnels réputés ainsi que de différentes formations/expériences personnelles. Elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni même engager notre responsabilité. Ne cueillez jamais une plante sans être certains que c’est la bonne et respectez toujours une charte de bonne cueillette!
Si vous réalisez des cueillettes, recettes présentées sur ce blog, Gratteron et Chaussons décline toute responsabilité quant aux éventuelles allergies ou mauvaises manipulations. Veillez à prendre toutes les précautions d’usage. De plus, ce blog ne possède pas de visée thérapeutique; il aide seulement au mieux-être et à l’entretien de sa santé, veuillez consulter votre médecin, votre pharmacien ou autre professionnel de santé si vous avez le moindre doute. Il n’est pas dans l’intention du blog Gratteron et Chaussons de poser des diagnostics ou de remplacer une consultation. Il décline toute responsabilité dans les cas d’auto-prescription sans l’autorisation préalable d’un professionnel de santé.

Bonne grimpe et bonne cueillette !logo gratteron et chaussons

Principales sources: Formation herboristerie ELPM – Le petit larousse des plantes médicinales (éd. Larousse) – Le petit larousse des plantes qui guérissent (éd. Larousse) – Secrets des plantes (Michel Pierre) – Secrets d’une herboriste (Marie-Antoinette Mulot) – Le livre des bonnes herbes (Pierre Lieutaghi) – Se soigner par l’homéopathie (Gérard Pacaud) – Site internet Althea Provence – Site internet Homeophyto – Site internet Passeport santé – Site internet Plantes & Santé – Site internet Eureka santé Vidal

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Super article comme toujours !

    1. Mélanie dit :

      Merci! 😀 D’ici peu de temps, nous devrions passer par chez vous chercher le nouveau topo couserannais… 😉 A très vite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *