Grande ortie – Urtica dioica

On devrait tous conserver quelques orties dans son jardin ou au moins, la récolter au pied des falaises pour les grimpeurs ! Ne payant pas de mine et souvent méprisée pour son coté « piquant », l’ortie est pourtant une des reines des médicinales. La (re)découvrir, avec quelques recettes, vous fera l’aimer!

ღ Un peu de botanique

grande ortieNom(s) commun(s): Grande ortie, Ortie dioïque, Ortie piquante, Ortie des Jardins
Nom latin: Urtica dioica
Famille: Urticacées
Partie récoltée: feuilles et rhizomes
Lieux: dans la plupart de nos régions, friches, décombres, abords des habitations, lisières, fossés…
Brève description: herbacée vivace, 60 à 150 cm de hauteur, feuilles vert foncé, opposées, dentelées, floraison verdâtre en petites grappes pendantes de juillet à septembre, recouverte de deux types de poils : de longs poils urticants et de petits poils souples, tiges dressées et non ramifiées.

ღ Principales propriétés médicinales

Nous ne parlerons ici que des propriétés des feuilles d’ortie. Le rhizome, depuis le début des années 1980, est utilisé pour l’hypertrophie bénigne de la prostate.

ツastringente, hémostatique (règles abondantes, saignements de nez…)
ツ anti-diarrhéique
ツ dépurative (du sang, de la peau + articulaire)
ツ active les sécrétions digestives
ツ contre l’énurésie des enfants
ツ anti-anémique
ツ fortifiante générale
ツ cholagogue
ツ hypoglycémiante
ツ anti-oxydante
ツ contre la chute des cheveux
ツ anti-inflammatoire des voies urinaires…

Quelques constituants actifs pour les fins connaisseurs:  les feuilles d’ortie possèdent des protéines complètes, des flavonoïdes, des chlorophylles, des acides-phénols et elles sont riches en vitamines, oligo-éléments et sels minéraux (silice, fer, soufre, manganèse, potassium, vitamines A, C…).

♧ Cueillir une ortie sans se piquer, la manger crue, profiter de ses bienfaits et épater ses amis! Il suffit pour cela de la caresser dans le sens du poil 😉 Venez grimper avec nous et nous vous montrerons comment on fait! De plus, la cuisson et le séchage neutralisent son pouvoir urticant.

C’est une plante dite « bio-indicatrice » des sols notamment riches en azote. Elle accueille aussi les auxillaires du jardin et des papillons.

France - ortie 1 Ivan Olivier Photographies©(2016)

ღ Quelques usages utiles…. et pas que pour les grimpeurs !

Pour les compléments alimentaires: infusions, extraits, poudres…. référez-vous aux notices et posologies des fabricants

Notre recette de soupe à l’ortie pour profiter de tous ses bienfaits 🙂 : Mettre dans une casserole: un bon saladier de jeunes pousses d’ortie, 1 grosse pomme de terre, 1 oignon et 2 gousses d’ail émincés, quelques feuilles de laurier et des aromates à votre goût (muscade, herbes de Provence, fénugrec…). Facultatif: 1 bouillon cube. Recouvrir d’eau, mettre le couvercle et laisser cuire environ 1/2h. Mixer et rajouter de l’eau si nécessaire. On peut aussi la rendre plus crémeuse en y ajoutant 2 ou 3 fromages type « kiri » ou une crème végétale avant de mixer.

Lotion capillaire tonifiante : réaliser un macérât avec du vinaigre de cidre et 10% à 30% de poudre d’ortie. Laisser macérer entre 3 et 5 jours à température ambiante en agitant de temps en temps. Filtrer et conserver dans un flacon à l’abri de la lumière. Utiliser 1 càs de ce filtrat pour environ 1/2L d’eau: frictionner le cuir chevelu ou l’utiliser comme eau de rinçage après le shampoing.

Des gâteaux contre le « pipi au lit »: Mélanger30g de semences d’orties pilées pour 100g de farine de seigle. Ajouter un peu d’eau et de miel pour confectionner une pâte pas trop liquide. Faire des petits tas à l’aide d’une càs et faire cuire à 180°C pendant 10 min. L’enfant peut les manger avec le repas du soir.

France - ortie Ivan Olivier Photographies©(2016)

ツ Nous retrouvons beaucoup d’autres usages de l’ortie que nous ne détaillerons pas ici: le fameux « purin d’orties » pour le jardin, en usage textile, en tant que plante fourragère…

✽ Rappels importants ✽
Les indications des plantes sont données à titre indicatif selon leurs propriétés traditionnellement reconnues et le plus souvent issues d’ouvrages scientifiques d’auteurs reconnus. Ne cueillez jamais une plante sans être certains que c’est la bonne et respectez toujours une charte de bonne cueillette! De plus, ce site ne possède pas de visée thérapeutique; il aide seulement au mieux-être, veuillez consulter un  professionnel de santé si vous avez le moindre doute.

Bonne grimpe et bonne cueillette !logo gratteron et chaussons

Principales sources: Secrets des plantes – Michel Pierre  /  Le petit Larousse des plantes qui guérissent – François Couplan / Secrets d’une herboriste – Marie Antoinette Mulot / Le dictionnaire des plantes médicinales – M.Rombi D.Robert – Passeport Santé – Wikipedia

 

À propos des auteurs de G&C

Nous sommes Mélanie et Ivan, 2 passionnés d'escalade et de plantes médicinales, 2 amoureux de montagne et de nature! Depuis 2016, à travers Gratteron et Chaussons, nous vous faisons (re)découvrir les jolies falaises de France (et d'ailleurs!) et le savoir-faire des plantes médicinales pour les grimpeurs (mais pas que!). Ivan est grimpeur-photographe, cordiste et pompier volontaire, vous pouvez retrouver ses prestations ICI. Mélanie est conseillère en plantes médicinales & réflexologue plantaire, vous pouvez jeter un oeil à ses ateliers et séances ICI. Et si vous souhaitez nous donner un coup de pouce avec notre cagnotte collective participative, c'est PAR LA! Un grand merci! :) A bientôt!


3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Désirée dit :

    moi j’en fais une poudre comme un aromate que je sers toute l’année dans mes sauces a salade, c’est bourré de sels minéraux, j’en fais aussi une poudre très fine pour des masques purifiants du visage, et j’en mange une fois par semaine dans les épinards, dans la lasagne sauvage, en jus , en chips etc…..c’est infini et un alicament tellement bon, après mes chimio l’ortie m’a aidée à me renforcer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *